D52 à Saint-Molf, la départementale de tous les dangers !


Le texte ci-dessous nous a été adressé par un habitant de Saint-Molf, que nous remercions pour sa contribution.

 

La question des routes d’accès à la commune de Saint-Molf est un sérieux problème. Outre le fait qu’elles parcourent un relief plutôt tourmenté, ces routes, au nord, comme au sud, comme à l’est, sont sinueuses, étroites, souvent avec un revêtement en mauvais état, et des bas-côtés mal entretenus.

 

S’il fallait, dans ce domaine, dresser un « hit-parade », je pense que la partie de la départementale 52, qui part du bourg de Saint-Molf, vers l’est, en direction de Saint-Lyphard, arriverait, sans conteste, en tête…

bandesrugueuses2

Bandes rugueuses dangereuses…!

Cette portion de voie, de plus en plus fréquentée, entre le bourg et la « route bleue » (Lieudit « La Pointe ») est, en effet, faite d’une succession de creux, de bosses, de rétrécissements, de virages sans visibilité, et, de surcroît, elle traverse deux petites « agglomérations » : Kermolier et les trois villages accolés de Pennemont-Mohonna-Le Binguet.

Depuis plus de vingt ans, on sait que les autorités techniques départementales recommandent, aux différentes municipalités successives, d’arrêter de créer des accès directs à cette voie, dans ces villages, pour des raisons évidentes de sécurité.

Peine perdue : au cours des vingt dernières années, et, en particulier, depuis dix ans, l’urbanisation, le long de cette départementale, s’est fortement accélérée. En raison de la flambée, assez phénoménale, du prix du foncier, plusieurs opérations immobilières – autorisées par les trois municipalités différentes, depuis 2001 – ont été réalisées dans ces deux petites « agglomérations », par division de terrains constructibles de grande taille, générant des « mini-lotissements » qui, bien évidemment, s’ouvrent sur la départementale 52.

Bien sûr, cette urbanisation a été accompagnée par la mise en place de moyens de sécurité, mais, il s’avère que certains sont d’une efficacité douteuse, voire dangereuse, ce qui est, vous en conviendrez, un comble pour un équipement de sécurité routière… Je veux parler des bandes rugueuses apposées au sol aux entrées ouest et est des trois villages agglomérés de Pennemont-Mohonna-Le Binguet. Le principe est, évidemment, louable (ralentir les véhicules), mais c’est compter sans l’irresponsabilité de certains automobilistes, qui, pour éviter ces bandes, n’hésitent pas à rouler complètement à gauche, et ce, juste avant un virage sans visibilité (entrée est du Binguet) !

 

Kermolier2

Sorties de mini-lotissements dans un virage…

Pour corser le tout, si vous empruntez, régulièrement, cette route, vous avez, certainement, remarqué qu’un nouveau mini-lotissement (a priori de quatre maisons, si l’on s’en tient au nombre de boîtiers électriques) est, actuellement, en train de se créer, à Kermolier, avec une sortie sur la D52… en plein virage !

Ce nouvel ensemble est « accolé » à une division de terrain précédente, située un peu plus à l’est, et qui comprend, actuellement, deux maisons, avec une sortie au même endroit…

On se souvient que, quand le projet de PLU a été rendu public, début 2012, une vive polémique a été déclenchée, sur ce secteur de Kermolier, par des propriétaires fonciers, furieux que leurs terrains deviennent, brusquement, inconstructibles (le premier mini-lotissement, précité, était antérieur au PLU). C’est là, notamment, que l’on a vu fleurir les fameuses banderoles « Ici, une injustice du PLU ».

Sous la pression des propriétaires – appuyés, il est vrai, par un élu local très connu – la municipalité de l’époque a cédé et rendu, « in extrémis », ces terrains constructibles, un mois, seulement, avant l’approbation du PLU par le conseil municipal, en février 2013.

Depuis le printemps 2014, la nouvelle municipalité se retrouve, donc, avec cet épineux dossier à gérer. Il y a quelques mois, nous avons eu la surprise de constater que le panneau d’agglomération s’était, « brusquement », déplacé… Planté, jusqu’à présent, avant l’entrée du lotissement de Kervocadet, il a été « décalé » de plusieurs centaines de mètres, à l’entrée est de Kermolier, village qui, de ce fait, se trouve, désormais, plutôt artificiellement, intégré au bourg (portion de route, non urbanisée, entre les dernières habitations de Kermolier et les premières du bourg).

On comprend, à présent, la raison de ce recul de limite d’agglomération : il s’agissait, donc, notamment, de préparer l’arrivée de ce mini-lotissement. Pour inciter les automobilistes à ralentir, des panneaux de rappel de limitation à 50 km/h sont apparus, tout comme la pose, très récente, d’un radar pédagogique, à l’entrée est de Kermolier, peu après le panneau d’agglomération.

Pas sûr que ces moyens suffisent à calmer les ardeurs de certains conducteurs pressés, et, de toute manière, ils ne changent rien à la configuration de sortie des deux lotissements sur la D52, qui reste très dangereuse, car située en plein virage, avec une visibilité limitée, dans un sens de circulation, comme dans l’autre.

Cette urbanisation accrue, le long de cette départementale, sur un parcours accidenté, et accidentogène, est-elle vraiment raisonnable ?

L’avenir nous le dira…

 

Germain

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.